Le tartre chez le chat

Vous câlinez votre chat ou votre chien, et la magie s’éteint car il a vraiment mauvaise haleine.

Vérifiez sa santé buccodentaire : c’est facile de se débarrasser de la plaque dentaire, du tartre et des gingivites.

DE LA PLAQUE AU DECHAUSSEMENT DENTAIRE CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT

La salive du chien a un rôle protecteur mécanique et chimique vis-à-vis des microbes de la cavité buccale.
La bouche des chiens et des chats de compagnie contient en effet de nombreux germes pathogènes, issus de l’environnement et du toilettage des autres parties de leur corps …
Les bactéries se développent donc et adhérent à la surface des dents pour former une couche translucide, assez peu visible pour un profane : c’est la plaque dentaire. Elle colle solidement à l’émail de la dent et prolifère rapidement.
En 2 à 3 semaines, cette plaque dentaire se charge des minéraux contenus dans la salive (calcium et phosphates essentiellement). Une véritable croûte se créée petit à petit : c’est le tartre, bien visible, car jaune kaki et pouvant atteindre 2 à 3 mm d’épaisseur dans les cas les plus avancés. Les carnassières supérieures (les dents les plus grosses !) sont les dents les plus fréquemment atteintes. Certaines molaires sont parfois complètement recouvertes dans les cas anciens non traités.
L’haleine du chien et du chat prend alors une odeur très désagréable, ce qui constitue souvent le premier signe d’appel pour le propriétaire.
Petit à petit, ces plaques et tartres s’infiltrent sous la gencive. Les tissus sont enflammés et gonflés, avec un liseré rouge violacé bien visible en bordure : c’est la gingivite. L’animal à ce stade peut perdre son appétit (à cause de la douleur locale).
L’os et les ligaments dentaires sont ensuite attaqués. Si vous ignorez le problème, l’infiltration peut ainsi finir par le déchaussement et la perte de la dent. Les saignements occasionnés sont une opportunité pour certaines bactéries de passer dans la circulation sanguine et d’aller s’installer sur certains organes importants (tels que le rein, les poumons, le cœur surtout, de temps à autre le foie et les articulations). Dans les cas les plus graves, les complications alors générées mettent en péril la santé du chien ou le chat.

LES FACTEURS QUI FAVORISENT LE PROBLEME DE TARTRE CHEZ LE CHIEN ET LE CHAT

Dans la nature, la mastication des proies, plumes, poils et le broyage fréquent des os ont une action mécanique autonettoyante. La nourriture industrielle, même si elle est excellente d’un point de vue nutritionnel et gustatif, n’offre pas systématiquement les mêmes avantages. Le manque de mastication est ainsi flagrant chez les chiens mangeant exclusivement des boites (nourriture molle et collante).
Les petites races ou celles à museau très court ont souvent des problèmes de chevauchements dentaires, qui créent des interstices retenant les débris alimentaires.
La persistance des dents de lait favorise aussi la plaque. L’absence de dent sur une partie de la mâchoire réduit les frottements mécaniques avec les dents opposées et accélère donc le dépôt de tartre.
Les chiens et les chats âgés sont plus sensibles : 85% des chiens et des chats de plus de 5 ans sont affectés.
Certaines maladies (comme l’insuffisance rénale, le diabète, l’hypothyroïdie…) favorise beaucoup le tartre.
Il y a enfin une prédisposition génétique individuelle indéniable.

QUAND ALLER CHEZ VOTRE VETERINAIRE TRAITANT

Une fois le tartre présent, vous n’avez pas d’autres solutions de faire faire un bon détartrage initial (sous anesthésie générale) par votre vétérinaire. Les os à mâcher et autres brosses à dents seront inefficaces pour enlever la croûte de tartre. Votre vétérinaire effectuera aussi tous les soins de réparation nécessaires sur les différentes dents, gencives …pour lui redonner une bouche impeccable et repartir sur un bon pied !

Privilégiez ensuite une nourriture sèche (plus abrasive). La mise à disposition d’objets à mâchonner est aussi une bonne chose pour éviter l’accumulation de plaque et/ou de tartre.

Sur des chiens très sensibles, l’application de dentifrice par un brossage 3 fois par semaine (si votre compagnon est coopératif bien sûr !…) est la meilleure solution. Il faut souvent recherche des pâtes polissantes et antiseptiques, qui limitent l’adhérence de l’émail (le détartrage rend la surface de l’émail plus rugueuse). A défaut de brosse, vous pouvez utiliser des doigtiers rugueux. Les dentifrices à croquer sont faciles à utiliser mais souvent avalés rapidement par le chien. Les lamelles à mâcher, imprégnées de complexes enzymatiques ou bien en peau de buffle, sont la solution la plus simple et la plus acceptée par l’animal (par le goût et le jeu). Donner un os de jarret est toujours un bon dérivatif et une bonne brosse à dent naturelle. Attention toutefois aux os très durs lorsque votre animal est âgé ou bien lorsque les dents sont très atteintes (risques de fractures).

Le pain dur est sans intérêt et les jouets mous sont déconseillés, si c’est la seule option que vous choisissez.
Si le tartre revient souvent malgré tous les efforts entrepris, il convient de demander à votre vétérinaire de voir s’il n’y aurait une maladie sous-jacente.
En cas de complication, l’administration d’antibiotiques s’avérera indispensable.

CONCLUSION

Le tartre chez le chien et le chat est un problème très fréquent, mais facile à soigner pourvu qu’on y soit attentif. Des croquettes de bonne texture, assez fibreuse,  peuvent contribuer à prévenir cette affection. Votre vétérinaire est néanmoins indispensable pour remettre à neuf la bouche avant d’envisager toute action de prévention.