Les antioxydants

Un nom barbare mais un rôle bénéfique

L’oxydation est une réaction biologique naturelle de dégradation des graisses et accessoirement des protéines, par l’action chimique de l’oxygène. Les phénomènes les plus connus dans notre vie courante sont le beurre qui rancit ou les pommes qui se tachent de marron en quelques minutes après l’épluchage.

Le stress oxydatif :

Au sein d’un organisme vivant, ces réactions sont liées à la simple respiration des cellules. Elles produisent des substances toxiques appelées « radicaux libres ». Rien à voir avec la politique : ces composés destructeurs très instables bombardent les cellules et leurs noyaux et, par voie de conséquence, conduisent à leur vieillissement, aux mutations des gènes et à l’apparition de maladies dégénératives.
Notre organisme produit lui-même ses propres moyens enzymatiques de défense et maitrise donc normalement l’équilibre.
Mais ces réactions d’oxydation sont en fait souvent accentuées ou accélérées par l’action d’’autres facteurs tels que la chaleur, les ultraviolets, les agents polluants (métaux lourds, fumée), le stress et aussi …une mauvaise alimentation. L’organisme s’épuise alors et on parle alors globalement de stress oxydatif: les défenses du corps ne suffisent plus à le protéger contre ces attaques. Un brin d’ADN de votre chien peut par exemple subir jusqu’à 10000 bombardements par jour. Certaines affections finissent ainsi par se développer : maladies cardiovasculaires, cataractes, cancers, les dégénérations du système nerveux (sénilité), arthrose…

Les antioxydants pour protéger les aliments :

Afin de préserver l’appétence et la valeur nutritionnelle de ses croquettes pendant 12 ou 18 mois, il est impératif de protéger contre l’oxydation les lipides contenus dans l’aliment.
Les nutritionnistes incorporent pour cela, dans leurs recettes, des composés qui se sacrifient à la place de ces lipides, face à l’action de l’oxygène. Ces kamikazes chimiques sont utilisés à des doses très faibles. Pour garantir une fraicheur optimale, ils sont utilisés aussi bien sur les matières premières qu’au moment même de la fabrication.
Ces additifs, au sens réglementaire du terme, peuvent être synthétiques ou naturels. Quel que soit le choix fait par le formulateur, l’efficacité est identique. Les doses utilisées garantissent une totale innocuité sur la santé de vos compagnons, car elles sont cadrées par une forte expertise des industriels et un code de bonnes pratiques respectées de tous !
Les composés naturels ont par contre aussi davantage d’actions bénéfiques sur la santé.

La supplémentation pour protéger la santé :

Les bénéfices de la supplémentation en antioxydants naturels ( tels que les vitamines E et C, le beta carotène, la taurine, la lutéine ou bien les polyphénols) sur la santé sont bien connus. Les experts nutritionniste de Husse ont donc largement recours à ces ingrédients de façon à garantir la meilleure qualité nutritionnelle possible à vos compagnons.
Les rations faites à la maison sont toujours déficientes en antioxydants, même en choisissant des matières premières très nobles. La qualité est une chose, mais l’équilibre maitrisé en est une autre. L’association entre les différents composés crée en effet des effets synergiques.
Le résultat est le renforcement des défenses de l’organisme de votre chien ou votre chat, avec des effets anti-inflammatoires, des effets contre les coagulations dans les vaisseaux sanguins (« thromboses »), des effets contre les microbes et certains cancers.

Un intérêt établi à chaque âge

Chez le chiot, un aliment bien supplémenté permet une meilleure croissance et une meilleure immunité. On a même pu constater des plus grandes productions d’anticorps lors de certaines vaccinations (contre la rage par exemple)
Chez le chien adulte, la vie quotidienne dans nos conditions urbaines ou bien les exercices intenses comme la chasse, la course, le traineau, sont sources de stress oxydatif. Après une simple phase de jeu de 20mn, il a aussi été démontré qu’une bonne supplémentation donne de meilleurs bilans sanguins.
Chez nos compagnons les plus âgés, il est désormais enfin établi que, si l’inéluctable vieillissement est propre à chaque espèce ou chaque race et génétiquement programmé, il est aussi accéléré par tous les stress oxydatifs de la vie. La supplémentation précoce en antioxydants devient ainsi bénéfique en permettant une plus grande longévité (jusqu’à 2 ans selon les études disponibles).Il est bien sûr impossible de prévoir mais il est sage de choisir des aliments bien supplémentés dès le plus jeune âge pour se ménager une vie commune la plus longue possible.